La vigilance

La vigilance me permet de voir ce qui est au-dehors de moi – la circonstance que je rencontre, les conditions dans lesquelles je me trouve – et de voir la façon dont je réagis : je vois une émotion qui se lève en moi, je vois une crainte, je vois un refus, je le vois…

En prenant appui sur soi-même, cette vigilance est active quand vous êtes conscient de ce qui se passe dans votre pensée : vous n’êtes pas absorbé par les pensées, vous êtes le témoin des pensées ; quand vous êtes conscient de ce qui se passe dans votre cœur : tiens voilà une tristesse, tiens voilà une peur, tiens voilà une impatience, et que vous n’êtes pas emporté ; et conscient de votre corps : j’ai un peu mal au dos, j’ai une certaine fatigue, j’ai envie de vomir, j’ai les muscles des épaules contractés.

La vigilance peut aussi prendre comme point d’appui les situations concrètes dans lesquelles vous vous trouvez, et c’est un point d’appui très efficace. Si vous prenez appui sur le courant de l’existence lui-même et que vous vouliez simplement vivre cette existence telle qu’elle est, consciemment, vous y arriverez. Vous arriverez à voir comment vous réagissez aux situations et c’est la vision de vos réactions qui fera grandir en vous la conscience de soi. Vous pouvez, à chaque instant, voir que vous réagissez aux événements extérieurs, que vous n’êtes pas neutre, que vous n’êtes pas un avec la réalité, que vous n’êtes pas d’accord pour ce qui est soit. En voyant vos réactions, en essayant de revenir à la réalité, d’adhérer à ce qui est, vous verrez que le déroulement même de la journée va vous ramener à la conscience de vous.

Le jour où vous aurez, en tant que chercheur spirituel, la conviction que vous devez être vigilant, vous le deviendrez. Si vous sentez l’importance d’une existence humaine et la gravité de perdre son existence, si vous sentez que la non-vigilance est vraiment la mort et que la vigilance est le chemin qui vous conduira au sens même de votre vie, si cette question devient vitale pour vous, vous serez vigilant, c’est certain. Vous aurez le regard sur l’extérieur et sur l’intérieur, qui est en fait la vraie méditation.

Dans cette vigilance, nous donnons vie à tout ce qui nous entoure. Nous le laissons être. À notre réel émerveillement, nous voyons que tout devient important, tout prend une valeur et, surtout, nous reconnaissons chaque élément de la manifestation ou, si vous préférez, chaque objet, dans son unicité.

En vérité, si vous êtes vigilant, vous voyez tout à coup le monde entier « être ». Il n’y a plus d’appréciation de valeur qui distingue les moments intenses des moments mornes, les moments importants des moments insignifiants. Chaque instant est parfait, chaque instant est plein.